Skip to content

Test de services d’anonymisation payant

24/01/2010

Régulièrement, je testerai des services d’anonymisation payants et je viendrai mettre ce que j’en pense.

Pourquoi payant ?

Parce que j’ai testé des services gratuits, ça marche, mais les débits sont insuffisants pour autre chose que surfer sur la toile.

Ce qui est important pour choisir un service est à mon sens la diversité de services proposés, le nombre et la localisation des serveurs dans des pays ne faisant pas partie de la sphère d’influence américaine ou européenne,  les garanties d’anonymat.

  1. Le premier que j’ai testé est Perfect-Privacy
    Je vous dit tout de suite, il est cher….mais c’est un prix unique donnant accès à tous les services proposés et tous les serveurs.
    Service proposés : VPN (PPTVPN, OPEN VPN, L2TP/IPSEC), SSH2, PROXY (SOCKS5 ou SQUID), fourniture de programmes maison permettant des connexions faciles à certains services, tutoriaux (mais en langue anglaise) expliquant comment faire, forums
    Moyens de paiement : nombreux dont 3 plus ou moins anonyme
    – PaySafeCard (Totalement anonyme)
    – WebMoney (Totalement anonyme si on sait y faire, allez lire mon article sur les moyens de paiement anonymes)
    – Liberty Reserve (relativement anonyme)
    Serveurs : Au moment où j’écris ces lignes il y a 35 serveurs répartis dans 18 pays sur 4 continents dont quelques uns peu enclin à coopérer avec les autorités des pays occidentaux (Russie, Malaisie, Iran, surtout pour des histoires de téléchargement).
    Le seul inconvénient que je vois c’est que l’adresse IP sous laquelle on apparaît se résoud en un nom qui trahi notre utilisation d’un système d’anonymisation ce qui peut attirer l’attention.
    Le gestionnaire de ces services clame ne conserver aucun journaux de connexion mais ça, c’est invérifiable…
Publicités

Test des moyens de paiement anonymes

20/01/2010

Cet article concerne les moyens de paiement plus ou moins anonyme que j’ai eu l’occasion de tester.

  • PAYSAFE CARD
    Le principe : Vous allez dans un distributeur de ce moyen de paiement (disponible dans 18 000 bureaux de tabac en France, 280 000 distributeurs en Europe) et vous demandez une PaySafeCard d’un montant de 10, 25, 50 ou 100 € (vous pouvez en acheter plusieurs) que vous payez en espèces. Vous recevrez alors un ticket comportant un Code secret. C’est ce code que vous devrez donner au commerçant en ligne. En cumulant les PaySafeCard, vous pouvez payer jusqu’à 1000 €.  Un code peut servir à payer plusieurs achats jusqu’à concurrence du montant de la PayeSafeCard.
    Le site : http://www.paysafecard.com/fr/
    Pas très ergonomique mais il vous permet d’ouvrir un genre de compte avec une PaySafeCard pour pouvoir surveiller les débits sur cette carte.  Il vous permet aussi de trouver les points de vente de la PaySafeCard près de chez vous.
    Anonymat : Total si vous payez en espèces.
  • TONEO
    Le principe : Comme PaySafeCard, vous l’achetez dans 30 000 points de vente en France. Vous recevrez un ticket avec un code. Les montants possibles sont respectivement 7,5 €, 15 €, 50 € ou 100 €. Cette carte cumule plusieurs fonctionnalités, c’est une carte téléphonique vous permettant d’appeler de n’importe quel numéro de téléphone d’un téléphone fixe ou mobile, d’appeler en utilisant un point d’accès wifi avec un smartphone ou un ordinateur, voire d’appeler de votre ordinateur avec une connexion internet (VOIP). C’est aussi un moyen de transférer du crédit de communications vers des mobiles étrangers. Enfin c’est un moyen de paiement sur Internet qui peut en plus être converti (moyennant une commission) en d’autres moyens de paiements virtuels (Allopass, UKASH, etc…).
    Le site : http://fr.toneo3.com/fr
    Site bien conçu vous expliquant toutes les possibilites, vous permettant de trouver les points de vente et de convertir dans un autre moyen de paiement sur Internet.
    Anonymat : Total si vous payez en espèces le ticket
  • UKASH
    Le principe : Comme PaySafeCard, il s’agit d’un ticket électronique comportant un code. Ce ticket s’achète  dans 265 000 points de vente dans le monde (mais il n’y en a pas trop en France). Cette carte vous permet d’acheter des services divers et variés. Mais le plus intéressant est qu’il permet d’alimenter un compte Webmoney (avec une commission naturellement). Les montants disponibles sont de 10 €, 20 €, 50 €,  200 € et 500 €.
    Le site : http://www.ukash.com/fr/fr/home.aspx
    Joli site complet avec la recherche des points de ventes,toutes les explications, les systèmes de conversion vers d’autres monnaies virtuelles. Il est possible de scinder 1 ticket Ukash en plusieurs ou de fusionner plusieurs tickets en un seul.
    Anonymat : Total si vous payez en espèces
  • WEBMONEY
    Le principe :
    C’est un système assez complexe de porte-monnaie électronique russe très populaire dans les pays de l’ancien bloc soviétique.  On peut l’ouvrir en rouble, dollars, Euro ou Or. C’est très sécurisé et basé sur un système de « passeports » de niveau différent, chaque niveau permettant de manipuler une certaine somme d’argent. Plus on s’identifie, plus on peut prétendre à un passeport de niveau élevé.
    Le site : http://www.wmtransfer.com/
    Entièrement en anglais (ou en russe), le site est brouillon et pas facile de s’y retrouver. A lire et relire avant de se lancer car la procédure est complexe et demande de faire des choix dont les implications ne sont pas toujours bien expliquées.
    Anonymat : Relatif mais peut être augmenté
    Il est possible d’alimenter le compte par virement bancaire, carte bancaire, par des intermédiaires plus ou moins agréés offrant des passerelles entre Webmoney et d’autres moyens de paiement sur Internet (Ukash, Paypal, et d’autres) moyennant des commissions parfois conséquentes. Dans certains pays il existe des officines ayant pignon sur rue permettant d’alimenter le compte en espèces ou des points de vente permettant avec un système de cartes prépayées d’alimenter son porte-monnaie Webmoney. Malheureusement aucune officine ou point de vente de ce genre en France.
    Il est possible de retirer des fonds de son porte-monnaie électronique par virement bancaire ou dans des officines, voir des distributeurs de billet en Russie et sans doute dans d’autres pays de l’ex-URSS.
    Il est possible de faire des virements par Internet d’un porte-monnaie électronique à un autre.
    Pas très anonyme tout ça si ce n’est que la maison mère est en Russie,  hors de portées des autorités française dans la plupart des cas.
    Le seul moyen de l’alimenter d’un façon anonyme est en achetant des bons UKASH et en s’en servant pour alimenter son porte-monnaie électronique  (50 € par jour maximum/ 1500 € par mois maximum) avec le niveau d’un passeport obtenu anonymement (La seule vérification faite est par l’envoi d’un mail contenant un lien de validation et l’indication d’un numéro de téléphone portable sur lequel est envoyé  un code qu’il faudra renvoyer par SMS sur un numéro russe).  Donc en prenant une adresse mail bidon,en achetant un téléphone portable à bas pris (19 €) avec carte prépayée dans une grande surface et en indiquant sur le site  des coordonnées et des références de pièce d’identité  fantaisistes, on reste anonyme. Bien sur, toutes ces connexions au site pour s’inscrire ou pour gérer son porte-monnaie devront être faites avec une connexion internet anonymisée…
  • LIBERTY RESERVE
    Le principe : Il s’agit d’un compte en devise d’or numérique (vous achetez de l’or qui est stocké par Liberty Reserve) en dollars ou Euros. Vous obtiendrez un numéro de compte qui vous permettra d’effectuer des achats avec des sociétés ou individus qui disposent eux-même d’un compte Liberty Reserve. MAIS le site de Liberty Reserve ne permet pas d’alimenter son compte, il faudra passer par un intermédiaire de « confiance » (certains sont listés sur le site de Liberty Reserve) pour alimenter son compte avec un virement bancaire, une carte de crédit, Western Union ou d’autres moyens de paiement genre Paypal ou autre monnaie électronique.  J’avoue que ça inspire moyennement confiance, les transferts ne sont pas instantanés, les commissions parfois élevées et il vaut mieux tester avec une petite somme.
    Le site : https://www.libertyreserve.com/en/
    En anglais mais c’est assez simple d’ouvrir un compte.
    Anonymat : L’ouverture de compte est anonyme si vous indiquez une identité fantaisiste et vous connectez via un VPN ou proxy.  Par contre si vous alimentez votre compte par virement bancaire ou carte de crédit auprès d’un intermédiaire de confiance, votre anonymat disparait. Cela dit, LIBERTY RESERVE n’ayant aucun rapport avec les intermédiaires qui en fait encaissent votre argent puis font un virement de leur compte Liberty Reserve au votre, en imaginant que vous achetiez un service avec votre compte Liberty Reserve, une autorité quelconque souhaitant vous identifier devrait obtenir votre numéro de compte (il existe une fonctionnalité permettant de faire un virement Liberty Reserve sans que le destinataire ait connaissance de votre numéro de compte, mais je n’ai pas eu encore l’occasion de tester), interroger Liberty Reserve dont le siège est à l’étranger, qui au mieux pourrait éventuellement indiquer les coordonnées de l’intermédiaire de confiance que vous avez utilisé. Il faudrait alors que cette autorité vous cherchant des noises  se tourne vers cet intermédiaire (situé dans un autre pays genre Canada, Russie,  Malaisie, Nigéria, etc…) et obtienne vos coordonnées bancaires ou votre numéro de carte de crédit. Autant dire que c’est loin d’être fait surtout si c’est pour une histoire de téléchargement illégal…Ce n’est pas pour rien que le bruit court que Liberty Reserve est utilisé par les narco-trafficants !
    De plus il existe des passerelles entre Webmoney et Liberty Reserve.

Peut-on acheter ou vendre anonymement sur Internet ?

31/12/2009

Acheter, oui, mais le problème n’est pas trop de payer anonymement, le problème est de trouver un site vendant un objet ou un service que l’on peut payer avec un moyen de paiement anonyme.

Heureusement, si vous êtes dans un pays qui bafoue votre droit à la vie privée et que votre objectif est de faire en sorte que personne ne puisse savoir ce que vous faites sur Internet, d’utiliser un certain nombre de services sur Internet ou de pratiquer la désobéissance civile sans vous attirer des ennuis judiciaires, il existe quelques moyens de paiement anonymes à des  degrés variables.

  • PAYSAFECARD, TONEO, UKASH et autres
    Il s’agit de cartes ou de bons prépayés que vous pouvez acheté dans des points de vente (bureau de tabac, point presse,  boutique télécom, etc… ). Ces cartes ou bons comportent un numéro de code et c’est ce numéro de code que vous entrez sur le site marchand qui accepte ce moyen de paiement. Si vous achetez ces cartes ou bons en espèces, c’est totalement anonyme. Le montant des cartes ou bons prépayés sont à montant fixe et limité mais c’est largement suffisant pour payer un abonnement à un système d’anonymisation ou louer un serveur. Vous pouvez aussi cumuler les bons.
  • WEBMONEY
    C’est un moyen de paiement électronique très développé dans les pays de l’ancien bloc soviétique, un genre de PAYPAL à la russe mais beaucoup plus sophistiqué, véritable banque virtuelle quasi anonyme si vous ne l’utilisez que pour payer avec des montants limités et que vous rusez un peu avec le système. Si vous voulez payer de grosses sommes,  retirer en espèces l’argent sur votre compte webmoney ou le faire virer sur un compte bancaire normal, ce n’est plus anonyme. Mais pour payer un service dans ces pays là, c’est parfait.
  • DON (Devise en or numérique = Monnetique garantie sur l’or) ou DGC (Digital Gold Currency en anglais)
    Il s’agit d’un moyen de paiement privé, échappant beaucoup plus au contrôle des états que les moyens de paiement classiques, surtout si vous en prenez un  dont la société mère se trouve dans un pays hors de la zone d’influence des Etats-Unis ou de l’Europe.
    Le principe est d’ouvrir un compte, d’acheter de l’or (bien souvent uniquement par carte bancaire malheureusement) qui va être conservé par la société que vous utilisez. Ensuite toutes les transactions se font par échange de quantité d’or (en millièmes de gramme d’or) entre titulaires de compte de la même société  par un jeu d’écritures électroniques. L’or ne bouge pas et existe réellement et vous pouvez le revendre et récupérer votre argent soit par virement bancaire (pas anonyme du tout), soit en trouvant les rares officines qui vous payent en espèces (ces officines sont rares à trouver). C’est un anonymat relatif car si vous achetez l’or avec un moyen de paiement classique, vous n’êtes pas anonyme pour la société gérant votre or mais si cette société se trouve dans un pays peu coopératif, qu’il s’agit de petits montants et que vous n’êtes pas un terroriste ou un traficant de drogue cherchant à blanchir de l’argent ou un pédophile faisant son odieux commerce, les risques que ce genre de société qui font de l’anonymat l’un de leurs arguments de vente dévoile vos coordonnées bancaires aux autorités d’un autre pays sont minimes et dans tous les cas, Hadopi, entité administrative, n’a pas les moyens juridiques de mettre en action la coopération judiciaire internationale.

Il existe parfois des passerelles entre ces différents moyens de paiement, permettant d’alimenter un compte webmoney ou de DON avec un système de bons prépayés. Mais sachez que les sociétés ayant mis ces moyens de paiement en place se rémunèrent en percevant une commission sur vos transactions. La liberté a un coût mais n’est ce pas là un bien des plus précieux.

Une nouvelle technologie commence à poindre son nez, le m-paiement ou mobile banking, très développé dans les pays sous-développés où une partie de la population ne  disposent pas d’un compte bancaire. Le principe est de payer avec son téléhone portable (je ne parle pas de la technologie NFC), c’est la fusion entre la carte bancaire et la carte SIM, vos achats sont débités sur votre facture téléphonique, voir sur des carte SIM prépayées ou rechargeables, et l’un des développements de ce moyen de paiement permettrait de se faire des virements de téléphone à téléphone ce qui pourrait peut-être permettre, avec des cartes SIM prépayées rechargeables d’un téléphone à l’autre, d’avoir des solutions supplémentaires en matière de paiement anonymes.

Vendre ou se faire payer anonymement est beaucoup plus difficile. Je dirai que tant que votre argent reste sous sa forme numérique, en utilisant un système genre webmoney ou de DON et que vous le réutilisez sous cette forme, vous pouvez acheter et vendre pour des montants limités. Si vous voulez convertir cet argent numérique en argent réel, ça se complique car la possibilité de récupérer des espèces est très limitée et tous les autres moyens (virement bancaire, western union, etc… ) obligent à révéler son identité.

Autrement dit, si vous cherchez un moyen de blanchir de l’argent, de vous livrer à une activité autrement plus illégale que le téléchargement de musique ou de films, passez votre chemin, tous ces moyens de paiement sont plafonnés en terme de montant, car soumis aux lois internationales contre le blanchiment d’argent (c’est marqué sur leurs sites).

Je ferai une fiche plus détaillée sur chaque moyen de paiement que je pourrai tester et si vous avez besoin d’informations complémentaires, voir êtes prêt à faire un don pour le financement des tests des services d’anonymisation payant (je ne cherche pas à gagner de l’argent mais un moyen de couvrir mes frais, sinon ce site ne vivra pas longtemps), je peux même vous ouvrir votre compte (n’ayez crainte, il n’y a pas d’argent à mettre à l’ouverture et vous devrez bien sur changer le mot de passe ou moyen d’authentification dés que je vous les aurai communiqué avant de vous servir du compte), vous conseiller sur vos démêles avec Hadopi, sur l’organisation de votre anonymat en fonction de ce que vous voulez faire.

Est-il possible d’être anonyme sur Internet ?

28/12/2009

L’anonymat sur Internet est un mythe total. Nous ne sommes absolument pas anonyme sur Internet.

Lorsque vous vous connectez à Internet, votre fournisseur d’accès vous affecte une adresse IP et il note dans un fichier cette adresse, l’IP, la date et heure de connexion et de déconnexion, votre identifiant de connexion et il conserve ça pendant au plus 1 an.

De même tous les serveurs sur Internet conservent une trace de votre connexion avec en général au minimum votre adresse IP, la date et heure et vos actions sur le serveur.

Chaque paquet d’information qui sort de votre machine contient votre adresse IP (et celle du destinataire).

Il existe des techniques pour dissimuler son adresse IP, elles utilisent toutes le même principe, l’utilisation d’ une machine relais.

L’anonymat à 100% n’existe pas mais on peut rendre les choses difficiles pour la personne voulant capter votre adresse IP.

Le plus anonyme est à mon avis le cybercafé. Vous n’avez pas à décliner votre identité, vous payez en espèces,  beaucoup de cybercafés ont un système automatisé d’effacement de votre historique à chaque session, voir un nettoyage automatisé du disque. Mais il y a des caméras de surveillance dans certains cybercafés…et évitez d’utiliser toujours le même et aux mêmes heures.

Mais le cybercafé, c’est à l’extérieur, il y a du monde autour, bref rien ne vaut son chez soi.

Pour ne pas laisser apparaître son adresse IP, il existe 3 solutions :

  • Utiliser un proxy
    Un proxy est une machine qui va relayer votre requête vers un serveur et vous renvoyer sa réponse de telle sorte que le serveur ne voit que le proxy. Les proxys sont souvent utilisés pour le web mais ils peuvent servir à tout type d’application sur Internet.
    Attention, il faut utiliser un proxy anonyme, car certains proxys révèlent votre adresse IP au serveur s’il la demande.
    Il existe des liste de proxys ouverts gratuits sur Internet, il suffit de taper « proxy » ou « proxy list » dans google pour en trouver. Ces proxys gratuits ont parfois une existence éphémère  ou alors ils sont affreusement lents.
    Il existe des proxys payant qui sont beaucoup plus rapides et réellement anonymes.
  • Utiliser un proxy et une connexion SSH
    Utiliser un proxy c’est bien mais si quelqu’un arrive à capturer et analyser votre trafic internet (et votre fournisseur d’accès est le mieux placé pour le faire) , il pourra voir ce que vous faite et sans doute vous identifier. La solution, c’est de crypter votre connexion selon le protocole SSH.
    Pour cela, il faut vous connecter à un serveur SSH puis au proxy. Le serveur SSH va établir une liaison cryptée entre lui et vous par lequel passera votre requête  avant d’être relayé ensuite par le proxy. La portion de liaison passant par votre fournisseur d’accès est ainsi  crypté et il ne pourra donc pas voir ce que vous faites.
  • Utiliser un VPN (Virtual Private Network)
    Il s’agit d’une connexion cryptée vers un serveur VPN. Cela vous permet de faire parti du réseau de ce serveur et donc d’utiliser sa passerelle internet. Toute votre activité sur Internet, quelque soit l’application utilisée, passera par le tunnel VPN et tous les serveurs que vous contacterez verront l’adresse IP de la passerelle vers Internet du réseau sur lequel est le serveur VPN ou du serveur VPN lui-même s’il a une connexion directe à Internet.
    C’est la meilleure solution car toutes vos applications, pas uniquement votre navigateur, passeront par là et en prime elles seront cryptées ce qui fait que personne, pas même votre fournisseur d’accès ne pourra voir ce que vous faites ni le type de données qui passent par votre connexion.
    Une connexion  VPN  est mise en place en quelques clics de souris sur un système Windows.
    Une recherche sur Google avec « VPN gratuit » ou « Free VPN » vous donnera un point de démarrage pour trouver un bon serveur VPN.

La encore, concernant les deux dernières solutions, il existe des systèmes gratuits mais  lents  ou des systèmes  payants mais assurant dés débit normaux.

Le VPN est  assurément la meilleure solution car toutes les astuces en java, flash, ou autre pièges courants qui peuvent figurer dans une page html ne révèleront que l’adresse IP de votre VPN.

Je ne donnerai pas de liens vers un service particulier car je ne veux rien conseiller sans avoir testé mais si vous avez testé un service gratuit ou payant de Proxy ou de VPN dont vous êtes satisfait, laissez un commentaire. Mais un bon point départ si vous cherchez une solution d’anonymisation peut être ce site.

Quelque soit le système que vous décidez d’utiliser, verifiez avant toute chose votre anonymat sur des sites du genre de celui-ci.

Cependant, gardez toujours en tête que tous les serveurs peuvent garder des logs de connexion, y compris un serveur proxy, SSH ou VPN . Et comme ils reçoivent votre connexion directe, ils peuvent conserver votre adresse IP réelle.

La seule solution pour minimiser ce danger, c’est d’utiliser un serveur proxy, SSH ou VPN situé à l’étranger, voir hors de la communauté européenne, rendant beaucoup plus difficile l’accès à ses logs, s’il en garde, par les autorités françaises.

Où alors, il faut avoir son propre serveur situé dans un pays étranger, hors CEE et USA si possible mais assurément hors de FRANCE (Hadopi cherchera que les IP françaises) . Un VPS (Virtual Private Server) suffit largement.  Dans ce cas, vous faites tout de ce serveur où vous pouvez tout simplement y installer votre propre VPN et paramétrer le tout pour ne conserver aucune donnée de connexion. Vous pouvez crypter la partition du VPS et même le datacenter ne peut voir ce qu’il y a dessus. En vous connectant dessus en SSH, personne non plus ne peut voir ce qui transite. Certes, il faut quelques compétences techniques mais pourquoi pas vous grouper à plusieurs amis, dont un féru d’informatique, pour louer le VPS. C’est ce qu’il y a de plus sur et en plus, vous apprendrez petit à petit à gérer un serveur…

D’autre part, rappelez-vous que la procédure Hadopi puis la procédure simplifiée de l’ordonnance pénale ne prévoit pas l’ouverture d’une enquête judiciaire, seule à même de permettre éventuellement une demande faites aux autorités étrangères du pays où se trouve le serveur que vous utilisez (dixit mon pote avocat).

Enfin si vous optez pour une solution payante (si vous avez de gros fichiers à télécharger, si vous voulez une garantie de fonctionnement et de disponibilité, c’est la solution), sachez que votre moyen de paiement risque d’être une autre possibilité pour vous identifier.  Alors recherchez des services qui vous offrent d’autres moyen de paiement que la classique carte bancaire ou PAYPAL. Il existe peu de moyens de paiement anonymes ou quasi anonymes pour acheter et encore moins pour se faire payer. Je consacre un article sur mes recherches de solutions dans ce domaine là.

So stay tuned…

Besoin de renseignements

28/12/2009

Pour vaincre un ennemi, il faut savoir comment il fonctionne, afin d’adapter ses tactiques.

Pour l’instant, HADOPI n’étant pas encore actif, nous n’avons que les textes de loi pour avoir une idée de son futur fonctionnement.

Je vous engage donc à m’envoyer les mails, courriers, procès-verbaux d’entretien que la commission doit vous remettre si elle vous entend, ordonnance pénale, et tout autre renseignement que vous pourriez glaner.

J’engage le personnel des fournisseurs d’accès n’approuvant pas la loi hadopi à venir   dire ici comment sa mise en place se fait, comment leur société s’organise, et surtout tout renseignement sur la méthodologie des agents assermentés chargés de nous traquer.

Bref, que toute personne qui aurait un renseignement à nous communiquer sur les méthodes techniques utilisées pour surveiller les internautes m’en fasse part part mail. Je lui garantis d’être publié ici dans le plus grand l’anonymat.

Boycot

27/12/2009

Le Boycot est une arme de désobéissance civile.

– Ne prenez pas ou ne conservez pas un fournisseur d’accès qui vous donnent une adresse IP fixe, ça rend la tâche plus facile à HADOPI et ça leur coûte moins cher (ils ont besoin de vous faire identifié qu’une seule fois, après ils regardent dans leur base)

– Ne votez pas aux prochaines élections pour un parti politique dont les députés ont voté pour la loi Hadopi.  Votez Parti Pirate à la place s’ils présentent un candidat 🙂

– N’achetez plus du tout de produits musicaux ou vidéos. Si vous tenez ne serait-ce que quelques mois, ça va les faire réfléchir…

Bloquer la machine

27/12/2009

Pour que le coup de poker dont je parle dans un précédent article ne fonctionne pas, il faut tout faire pour engorger, bloquer la machine, rendre le processus le plus couteux possible.

  • Vous recevez un mail  et/ou une lettre de « recommandation »
    Faites systématiquement  usage du droit qu’il vous est donné d’obtenir des détails concernant les faits reprochés (le nom de l’oeuvre piraté, le moyen utilisé…). Et faites le par courrier-papier, en recommandé avec accusé de réception si vous en avez les moyens, ça obligera la commission a payer elle aussi un timbre et à rédiger la lettre, la mettre dans une enveloppe…. Et pour éviter une réponse automatisée, posez des questions. En plus, ça permet de se renseigner sur la façon de faire de la commission.
  • vous recevez une lettre d’un agent public assermenté de la commission de protection des droits.
    Cette lettre, si elle vous met en cause pour une infraction constatée par la commission, doit vous proposer d’être entendu.  Demandez cette audition, toujours par courrier papier et allez-y. Si vous avez les moyens, faites vous assister par un avocat. Si vous pouvez bénéficier de l’aide juridictionnelle, n’hésitez pas, ça va faire traîner ce qui est toujours une bonne chose en matière judiciaire. Lors de votre entretien, ne reconnaissez jamais que c’est vous qui avez téléchargé. Cherchez à savoir comment vous avez été repéré et venez le dire ici.

La commission a envoyé votre dossier au procureur de la république et vous recevez une ordonnance pénale.

  • Faites opposition. Vous avez 45 jours pour le faire alors faites opposition à partir du 40ème jour. Toujours pour retarder au maximum les choses.

A partir du moment où vous avez fait opposition, l’affaire va passer au tribunal, lors d’une audience à juge unique. Vous pourrez vos faire assister d’un avocat de votre choix ou commis d’office.

Je sais que cette partie fait peur mais imaginez que ne serait-ce qu’un tiers des 30 000 internautes par mois qui vont se faire prendre, fassent cela. La commission aurait à répondre à  10 000 lettres, faire 10 000 auditions par moi.  Les tribunaux en France auraient 10 000 personnes de plus à juger, vu l’engorgement actuel de notre système judiciaire, je ne vois pas comment ce serait faisable.

Comme je le disais dans un précédent article, les instigateurs de la loi HADOPI misent  sur le fait que 90% des internautes qui recevront des « recommandations » de HADOPI cesseront de télécharger et que les irréductibles 10% ne feront pas opposition à l’ordonnance. Pourquoi croyez-vous que la première version de la loi hadopi court-circuitait l’intervention judiciaire ? Parce qu’ils savaient  que c’était là un risque d’engorgement. Il y a la un moyen de gagner le combat.

En plus, l’avantage de faire tous les recours possibles (vous pouvez d’ailleurs faire appel de la décision tribunal puis faire un pourvoi en cassation…), c’est que l’augmentation des frais pour HADOPI et pour la justice.

C’est une forme de désobéissance civile que je vous propose. Et encore, faut-il que vous vous fassiez attraper, or il y a des moyens de passer au travers des mailles du filet, de rendre inopérante cette surveillance de nos connexions, j’en parle dans mes articles de la catégorie « Combat technique ».